Categories
Big Picture Climate Change Media Utter Futility

Kenya, Africa, Runs Dry

Where can all our politicians and corporate executive officers from the Big Energy and Engineering companies be found ? At Quibbles Bar where altercation over subsidies and bailouts can be earwigged on a daily basis.

Meanwhile, China and India are still slugging it out with the international community in the Recompense Diner-Restaurant, insisting someone else pays the bill for dealing with Carbon Emissions.

Meanwhile, the pampered and neutered citizen consumers of “The West” are basking in the the Full-Body Entertainment Lounge, with heaps of gadgets and streaming and TV, with nary a care for stories so scary.

Meanwhile, Africa is drying out. I mean, really drying out. Africa is in the Last Chance Saloon.

https://www.peopleandplanet.net/doc.php?id=3605

“Drought threatens future of Kenya’s Maasai people : Posted: 05 Aug 2009 : For the last four years, Kenya has seen far less rain than the long-term average, and today there is total failure. It is a drought that has left the Maasai people with no traditional grassland left to graze their herds. Some of the only remaining alternatives for these pastoralists have been to travel to the far reaches of Kenya in search of proper grassland, or to move illegally into protected areas. While these options may temporarily provide grazing for livestock, the people have experienced starvation and conflict…”

https://www.bloomberg.com/apps/news?pid=20601116&sid=aM9mZ.gMovIw

“Kenya to Start Electricity Rationing Over Drought : By Eric Ombok : Aug. 5 (Bloomberg) — Kenya, east Africa’s biggest economy, will begin rationing electricity from tomorrow due to low water supply, Energy Minister Kiraitu Murungi said…”

https://www.kbc.co.ke/story.asp?ID=59061

“Clinton urges Africa to deal with climate change : Written By:Judith Akolo : Posted: Thu, Aug 06, 2009 : US Secretary of State Hillary Clinton is urging African governments to begin devising adaptation measures in order to cushion their people against the vagaries of weather. Clinton in her keynote address stressed the need for African governments to now more than ever, find solutions to nature’s challenges including climate change and provide food to her people. However the climate change community, and the Intergovernmental Panel on Climate Change is urging for significant reduction greenhouse gases emissions to reduce the effects of climate change. Prime Minister Raila Odinga is also urging the industrialized nations to help Africa to mitigate the effects of climate change. A combination of both the industrialized and developing countries have continued to pump record levels of carbon dioxide into the atmosphere. Already Kenya is reeling under four years of failed rains while the downside will see a flooding period during the short rains when meteorologists have predicted an El Nino weather phenomenon…”

And what do we care ?

The news is all about minor misdemeanours of celebrities and public decision-makers.

There are the cutesy animal stories at the end of each news round-up, and Samira Ahmed of Channel 4 will barely raise an eyebrow, but give a blank momentary look as if to say “and they pay me to read you this meaningless stuff !”.


https://www.irinnews.org/fr/ReportFrench.aspx?ReportId=85596

“MBEERE SOUTH, 5 août 2009 (IRIN) – Confrontés à l’imprévisibilité croissante des pluies, les agriculteurs du district de Mbeere Sud, dans l’est du Kenya, commencent à remplacer le maïs traditionnel par des cultures résistantes à la sécheresse, afin de subvenir à leurs besoins alimentaires et de s’assurer un moyen de subsistance. « Les pluies se font [rares]… C’est la quatrième année que les pluies sont insuffisantes », a dit à IRIN Harrieta Nyaga, agricultrice de la région de Rwika. « Nous nous attendions à ce qu’il pleuve en mars, et il a plu en janvier. Les gens ne savaient pas quoi faire, certains ont semé, d’autres non… la récolte a été mauvaise »…La baisse du rendement du maïs, due à la variabilité climatique, ainsi que les coûts élevés des fertilisants, ont provoqué une forte hausse du prix du maïs.


https://www.reliefweb.int/rw/rwb.nsf/db900SID/ASAZ-7UFJJ7?OpenDocument

“Afrique : Mise à jour hebdomadaire des situations d’urgence Vol. 2, No. 30 : Source: World Health Organization (WHO) : Date: 27 Jul 2009 : Kenya: La situation de sécheresse continue de se dégrader. Il y a une pénurie d’eau dans les zones pauvres arides et semi arides du nord du pays. On estime à plus de 10 millions les personnes dans le besoin d’assistance humanitaire spécialement en nourriture, eau, hygiène et services de santé. Des rapports font état d’une mortalité massive du bétail. La longue pluie a fait défaut dans la plupart des régions du pays et le prix des denrées de base a augmenté. Les conflits armés entre les ethnies locales (Boranas, Turkanas et Pokots) et les groupes de bergers ont continué durant la semaine entrainant des morts et des blessés. Epidémie de choléra, il y a une résurgence de l’épidémie dans 8 districts où la maladie avait été récemment contrôlée dans les provinces de l’est et de la côte. Les équipes de l’OMS et du Ministère de la santé sont présentes dans ces zones. Un total de 150 nouveaux cas sans décès a été notifié dans le district de Isiolo. En plus, 1 139 cas de dysenterie sans décès ont été notifiés dans le sud des provinces de l’est et de la côte*. ”

https://europa.eu/rapid/pressReleasesAction.do?reference=IP/09/973&format=HTML&aged=0&language=FR&guiLanguage=en

“La Commission octroie 8 millions d’euros en faveur des réfugiés et des victimes de la sécheresse au Kenya : Reference: IP/09/973 Date: 22/06/2009 : IP/09/973 : Bruxelles, le 19 juin 2009 : La Commission octroie 8 millions d’euros en faveur des réfugiés et des victimes de la sécheresse au Kenya : À la veille de la Journée mondiale des réfugiés (20 juin), la Commission européenne a octroyé une aide humanitaire de 8 millions d’euros pour venir en aide aux populations vulnérables vivant au Kenya, notamment aux Somaliens installés dans le camp de réfugiés de Dadaab. Dadaab est aujourd’hui le plus grand camp de réfugiés au monde. Les fonds sont acheminés par l’intermédiaire du service d’aide humanitaire de la Commission (ECHO), sous la responsabilité directe de Louis Michel, commissaire au développement et à l’aide humanitaire. Louis Michel a déclaré: «À la veille de la Journée mondiale des réfugiés, il est important de souligner toute l’ampleur du défi humanitaire qui consiste à soulager les souffrances de millions de réfugiés et de personnes déracinées dans le monde entier. Les droits fondamentaux de ces personnes ne peuvent être oubliés. La Commission est pleinement engagée à leurs côtés et met en œuvre des moyens considérables pour leur venir en aide et améliorer leurs conditions de vie.» Et d’ajouter: «Je suis particulièrement préoccupé par l’évolution de la situation dans le camp de Dadaab. Conçu pour accueillir 90 000 personnes, ce site est devenu le plus grand camp au monde et héberge désormais pas moins de 275 000 réfugiés! Depuis la reprise des combats en Somalie, le nombre d’arrivants a grimpé en flèche et la pression qui pèse sur les services fournis dans le camp a atteint un point de rupture.» La décision de financement en faveur du Kenya adoptée aujourd’hui prévoit une aide directe d’au moins 4 millions d’euros aux réfugiés de Dadaab, les fonds restants servant à secourir les populations victimes de la sécheresse dans le pays. L’aide octroyée financera la fourniture de nourriture, de soins de santé, d’installations hydriques et d’assainissement, d’articles ménagers de première nécessité et d’abris…”

https://wrm.org.uy/bulletinfr/103/AF.html

“Numéro 103 – Février 2006 : Kenya : les racines de la sécheresse actuelle : Les récits déchirants sur les gens qui meurent de faim au Kenya mettent au premier plan le problème de la sécheresse et de ses causes. Le Kenya, la nation la plus riche de l’Afrique orientale et un pôle d’attraction pour les touristes qui viennent en foule dans ses réserves et ses parcs pour des vacances safari, traverse une crise très grave en raison du manque de pluies qui affecte ses récoltes. Le nombre des personnes qui risquent de mourir d’inanition ne cesse d’augmenter : de 2,5 millions en décembre à 4 millions aujourd’hui, d’après le ministre kényan des opérations d’urgence. La sécheresse a toujours été un phénomène climatique naturel caractéristique de la région. Pourtant, deux choses sont venues s’y ajouter maintenant : le déboisement et le changement du climat mondial. L’évapotranspiration de la dense végétation des forêts contribue fortement à la pluviosité (davantage encore que la mer et les océans) ; la destruction généralisée de ces forêts est l’origine locale de la sécheresse actuelle. On ne connaît que partiellement l’étendue des forêts perdues au Kenya ces dernières années. Il est estimé que le pays ne possède actuellement que moins de deux pour cent de son couvert forestier originel. L’élimination de forêts pour l’établissement de plantations industrielles d’arbres utilisant surtout des essences exotiques, leur transformation en terres agricoles, l’extraction de bois, la suppression de forêts dans le but d’affecter la terre à d’autres usages comme les fermes privées ou les colonies, en sont quelques-unes des causes. Bien que la déforestation ait été le fait de gens de l’extérieur, on a généralement tendance à jeter le blâme sur les peuples autochtones et à proposer qu’on les expulse des forêts. C’est ce qui est arrivé aux Ogiek, qui avaient vécu dans et de la forêt de Mau depuis des temps immémoriaux, en y cueillant du miel, des fruits sauvages et des noix et en chassant du gibier. Pendant que d’autres forêts kényanes étaient détruites par le « développement », les Ogiek assuraient la conservation de celle-ci grâce à leur mode de gestion traditionnel. Pour renverser la situation, le pays devrait apprendre de leurs pratiques forestières traditionnelles et essayer de les appliquer aux zones boisées qui restent, au lieu d’essayer de les expulser de leur forêt. D’autre part, il est presque certain que le changement climatique mondial est lui aussi responsable de la sécheresse actuelle. On prédit depuis longtemps que ce changement allait provoquer davantage de phénomènes climatiques extrêmes, tels que la sécheresse, les inondations et les ouragans ; une sécheresse comme celle-ci ne devrait donc étonner personne. Il faut souligner que la déforestation et le changement climatique sont imputables au Nord industrialisé, dont la richesse et le pouvoir sont provenus – et proviennent encore – de la surexploitation et la surconsommation des ressources des forêts et des terres boisées, surtout de celles du Sud, dans le cadre d’une économie fondée sur les combustibles fossiles. Les deux processus, la déforestation et le brûlage de combustibles fossiles, augmentent les émissions de carbone qui contribuent au réchauffement de la planète. Pour nombre de pays du Sud, comme le Kenya, cela se traduit par des phénomènes climatiques extrêmes comme la sécheresse actuelle, qui aggravent la pauvreté, la souffrance et la faim.”


https://www.climatefrontlines.org/fr/node/294

“Water crisis in Kenya : Soumis par Visitor le jeu, 03/07/2008 Auteur: Lynn Mwende : For the last two months, not a day passes without a story in the Kenyan media about a new main lake that has dried up and the ever biting water crisis, which analysts say should now be declared a national disaster so that the leaders can address it with the seriousness it deserves.

“Its now official that residents in major towns in Kenya (Nairobi, which is the capital city, Mombasa, Kisumu and Eldoret) have not seen water in their taps for months now. This has largely been attributed to the destruction of the main water catchment areas and deforestation, which has in turn negatively impacted on the water sources to these major towns. Industries are closing down due to water shortage and there is untold fear among the residents that electricity cost shoots up as the government turns to expensive diesel engines to produce electricity after hydro power generation at Masinga Dam was shut down due to decreased water levels in the dam. The Masinga dam plant contributes 40 megawatts to the country’s national grid of 1,200 megawatts.”

“The main source of water for Nairobi, which is the capitol city in Kenya, the Ndakaini dam has also been shut down due to reduced water levels. City residents have to rely on water vendors to supply them with water whose source is suspect and can be a health hazard. It is highly possible that some unscrupulous water vendors can get sewage contaminated water in an attempt to make a quick buck and sell it to unsuspecting residents.”

“The government is now making desperate attempts to evict people from one of the major five water sources in the Country, the Mau Forest, who have destroyed it for the last twenty years. With a high rate of deforestation and destruction of water catchment areas, compounded with the impact of climate change, Kenyans are paying dearly through famine, drought, water related diseases, high cost of electricity and acute water shortage. You can only visualize how miserable life will be for these city residents with no water and no electricity- a ghost town I suppose! Water is life and a waterless city is a lifeless city.”


2 replies on “Kenya, Africa, Runs Dry”

Despite the fact that Kenya is clearly running out of water, that doesn’t appear to have stopped the Nuclear Power crowd from trying to tap into Africa’s largest economy : proposing plants that would need constant supplies of water to cool them :-

http://www.scidev.net/en/news/kenyan-nuclear-power-plans-forge-ahead-1.html?utm_source=link&utm_medium=rss&utm_campaign=en_news

“Kenyan nuclear power plans forge ahead : Gitonga Njeru : 7 August 2009 : [NAIROBI] The Kenyan government has identified potential construction sites for a nuclear power plant — potentially the first on the continent outside South Africa. Rolex Kirui, a senior engineer for the Kenyan government, says that one site has been identified near the Kenyan coast and construction is scheduled to begin once an ongoing environmental study has been completed. He says that a second potential site has been identified in western Kenya, bordering Lake Victoria…”

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.